Perdue dans mes pensées

2

J’ai envie de le quitter. Je n’aurais jamais cru en arriver la, y penser aussi fort. Je n’aurais jamais cru que ce serait aussi évident. Mais je ne suis pas heureuse. Je ne suis pas malheureuse non plus, tout pourrait être bien pire et je suis partagée entre cette envie de retrouver ma liberté, de vivre ma vie, faire des rencontres et tout reprendre à zéro. Mais il y a aussi cet autre sentiment, cette peur de commettre une erreur et de tout perdre. Toute cette stabilité qu’il m’offre malgré ses défauts, ses projets pour nous malgré le fait que je n’arrive pas à me projeter moi même. Je suis perdue…
Je sais ce qui m’attend si je reste et je ne suis pas sure d’en avoir envie. Je ne suis pas sure de vouloir acheter une maison avec lui, cette idée me fait terriblement peur. J’ai peur de me retrouver emprisonnée, je n’aurai plus d’échappatoire, et si déjà la je doute alors qu’en sera t’il après ? Dans quelques années ?
J’essaye de me persuader que c’est passager, que cette idée me passera, mais elle ne passe pas, elle me tourne en tête a longueur de temps et j’ai beau la retourner dans tous les sens elle reste la, elle me torture et me fait me poser un millier de questions.
J’ai beau peser le pour et le contre, c’est le contre qui l’emporte. Je n’arrive pas à me focaliser sur le positif. Le contre l’emporte parce qu’il y a trop de différents entre nous, trop de complications la ou il ne devrait pas y en avoir, trop de choses qui m’agacent et me repoussent et je me sens horrible de penser comme ça parce qu’il n’y a que moi qui semble m’en rendre compte.
Je déteste sa relation à l’argent, cette vision qu’il en a. On est totalement différents sur ce point de vue et ça pèse lourd dans la balance. Je n’accorde aucune importance à l’argent, à ce que j’ai sur mon compte en banque, je ne mourrai pas avec de toute façon. Je me ruine à chaque occasion pour lui faire plaisir, je ne compte pas, je veux juste le rendre heureux. Quant a lui… Il compte, c’est bien, mais beaucoup de trop. Depuis deux ans aumoins je quémande des fleurs, parce que j’adore ça, j’adore qu’on me surprenne avec un joli bouquet bien que ce ne soit pas arrivé très souvent, et je n’y ai pas le droit parce que c’est cher, parce que "plus tu réclames et moi je t’en donne" et c’est horrible de penser comme ça. C’était aussi comme ça pour l’attention, les calins, plus tu réclames et moins je t’en donne, j’ai arrêté de réclamer. La dernière fois qu’il m’a proposé de sortir parce que j’étais triste et fatiguée, il est revenu sur sa décision parce que "transférer l’argent d’un compte a l’autre c’est trop chiant j’ai pas envie" mais pourquoi le proposer dans ce cas la ? Mon futur cadeau de noel, apparemment il l’a trouvé, mais il s’est senti obligé de rajouter "ça coute cher hein" mais pourquoi ??????? ?
Je déteste sa mauvaise foi, sa manière de s’adresser à moi quand on est en désaccord. Ses reproches, ses bouderies, ses râleries pour un oui ou pour un non. Cette facilité qu’il a, à taper sur les points sensibles, à parler d’argent que je n’ai pas, à parler de mon travail qui me prend énormément de temps mais que j’adore, à me dire que tout ce qui m’arrive c’est de ma faute peu importe le sujet.
Je déteste sa distance, bien qu’elle soit involontaire la plupart du temps. Il vient vers moi en ce moment parce qu’il doit sentir que quelque chose ne va pas mais j’ai été repoussée tellement de fois parce que je réclamais trop, trop d’amour et d’affection. Comment est ce que ça pourrait être de trop ? Pendant une période je lui demandais beaucoup si il m’aime, et je ne le faisais pas juste parce que je voulais plus d’attention, d’affection, mais justement parce qu’il ne m’en donnait pas suffisamment. Lui décrocher un sourire c’est une bien trop rude tâche. J’ai arrêté d’essayer. J’ai arrêté et je me suis résignée à tellement de choses en réalité… Et je n’arrive plus à vivre avec ça. Je n’arrive plus à me dire "c’est pas grave il est comme ça" parce que moi j’ai changé pour lui, j’ai renoncé à beaucoup de choses, j’ai renoncé à une grande partie de ce que je suis, de ce dont j’ai besoin pour être heureuse. Et je n’arrive plus à être heureuse comme ça...
J’ai peur aussi, peur de m’en prendre une un jour. Et meme si ce n’est arrivé que deux fois, qu’il ne m’a pas frappée mais juste secouée, j’ai peur. Parce que sa justification est affreuse. Sa justification me fait peur. Me dire qu’il ne m’a pas frappée, que c’est pas si grave, qu’il est juste comme ça. Rien ne justifie ça. Pas à mes yeux. Et si c’est moi qui prend, qui subit, sa justification n’a aucune valeur à mes yeux et ça me semble évident.
Je déteste ses jeux, son côté geek que je trouvais mignon au départ. J’ai l’impression de vivre avec un enfant. Ses parties obligatoires le soir. Ses évenements, ses matches à la tv, je n’en peux plus. Et tout ce mal qu’il se donne à essayer de me faire jouer… Ce n’est pas mon univers, ça ne l’a jamais été, et ne le sera probablement jamais.
Je déteste l’entendre répéter jour après jours qu’il est fatigué. Rentrer le soir à 21h exténuée à avoir couru dans tous les sens toute la journée, travailler 6j/7 y compris le dimanche et le voir affalé sur le canapé un soir sur deux à moitié endormi parce qu’il est tellement fatigué. Il en a le droit, certes, mais même moi je ne m’en plains pas autant… A une époque je lui préparais des petits plats, des surprises le soir quand il rentre du travail et que je suis en repos, mais je n’en ai plus envie. Je n’y arrive plus. Je lui ai tellement donné… Sans jamais rien attendre en retour, mais même quand on attend rien en retour de ce que l’on donne on espère quelque part que l’autre y pensera aussi, qu’on est pas le seul à tout donner…

J’ai le coeur gros, le coeur lourd, j’ai mal… Je ne suis plus cette personne positive, vibrante et heureuse que j’étais au départ. Je me sens renfermée, agacée en permanence, à ravaler jours après jour tout ce qui ne me plait pas. La ou avant je ne répondais pas et me contentais d’accepter, maintenant je n’y arrive plus. A chaque désaccord, à chaque remarque, chaque reproche, ce nuage noir dans ma tête grandit, mon âme prend des coups et j’ai mal.

Et j’ai peur qu’avec le temps tout cela empire… J’arriverai, je pense, à accepter certaines choses, mais je ne me résignerai jamais à d’autres, et ma rancune, ma douleur ne feront que grandir… Et je ne veux pas de cette vie la. Je ne veux pas que tout soit aussi compliqué, je ne veux pas avoir à plier, à m’oublier…
C’est peut être un peu idéaliste mais je sais qu’il est possible de vivre dans la compréhension mutuelle, dans l’affection, dans la simplicité, et même si c’est difficile à trouver, je ne veux pas y renoncer…