Perdue dans mes pensées

3

Je l’ai quitté. Je suis partie. C’est parti de pas grand chose mais j’ai explosé, j’ai dégueulé tout ce qui me trainait en tête depuis quelques temps, il a pris la décision de faire un break, j’ai pris la décision de rompre.
Je suis mitigée sur ce que je ressens, je sais que c’était la bonne chose à faire parce qu’outre nos soucis de couple je me suis perdue. Je n’étais pas heureuse la bas, je n’avais aucun but, ma famille me manquait énormément, j’avais besoin de partir, de rentrer. Mais c’est tellement dur… Je n’ai pas de regrets, je me sens soulagée à vrai dire. Mais je m’en veux tellement… Je m’en veux de lavoir laissé comme ça, dans un appart à moitié vide, sans prévenir, en laissant juste un petit mot sur la table. Il m’a appelé, il pleurait tellement, et je pouvais le voir à travers la caméra du salon, tourner en rond dans l’appartement, je l’entendais ouvrir et claquer les portes des placards a moitié vides et mon coeur se déchirait en lambeaux. Je n’avais pas pleuré depuis vendredi, ou très peu hier soir. Aujourd’hui je craque pour un oui ou pour un non. Et même si je suis sure de ma décision, partir comme ça au bout de trois ans passés sous le même toit, je n’imaginais pas que ce serait aussi difficile. Mon départ me paraissait si simple et réfléchi…

Tout me paraissait aussi très simple parce que j’ai rencontré S ce week end. S, c’est quelqu’un qu’on tenait absolument à me présenter, avec qui je me suis mise a discuter du jour au lendemain, qui se sentait mal à l’aise étant donné ma situation mais qui m’a énormément soutenue vis a vis de mon départ, m’a conseillé, et m’a rassurée…
S aussi a traversé une rupture il y a peu, plus difficile que la mienne mais très similaire. S c’est mon reflet dans le miroir, c’est ma tête dans le corps d’un autre, c’est ma vision du monde mais d’un point de vue masculin. Et c’est stupide mais j’ai l’impression que c’est lui… Et c’est horrible parce que je ne suis pas patiente, je ne me laisse pas le temps de me retrouver, de me vider de toute cette douleur et toutes ces émotions. Il n’arrête pas de me répéter à quel point c’est important, de se retrouver, de penser à soi, de passer du temps avec soi même après une étape comme celle ci et moi je m’entête à essayer d’attirer son attention, à essayer de lui parler, de peur qu’il m’oublie, de peur qu’il rencontre quelqu’un d’autre entre temps… Je ne suis pas partie pour lui, je serais partie même sans lui, un peu moins rapidement peut-être mais je l’aurais quand même fait. Mais après l’avoir rencontré ce week end, après ce qu’on à partagé, les discussions, quand il m’a prise dans ses bras de manière totalement innocente et ce baiser qui à suivi. Cette éléctricité entre nous, cette connexion qu’il m’a lui même décrite, je n’arrive pas à cesser d’y penser. Je n’arrive pas à me préoccuper de moi même. Il ma rassurée pourtant, plusieurs fois, il est présent, il est la pour moi, un peu distant mais présent. Il s’entête à essayer de me faire comprendre qu’il est important d’oublier tout le reste et de penser à soi. Et je dois y parvenir, je dois me ressourcer, affronter ma tristesse et passer au dessus. Et à côté de ça j’ai tellement envie de le revoir, de pouvoir le toucher à nouveau, lui qui adore ça. Le prendre par la main, le regarder, sentir son odeur… J’ai plongé la tête baissée, le coeur grand ouvert. Je me suis envolée, et j’ai très peur de la chute. "J’ai passé ma vie à te chercher, tu ne va pas te débarasser de moi comme ça" il m’a touchée en plein coeur.
Je ne veux pas qu’il pense être un pansement, je ne veux pas l’accabler avec mes reflexions et mes mésaventures, je ne veux pas l’étouffer, je veux le laisser venir à moi mais j’ai si peur…
Il m’a fait passer ce test, qui définit le type de personnalité que je suis. Et je suis le 2 en prédominant. Je suis dépendante des autres, la peur de l’abandon, la peur de ne pas être apprécié et valorisé, la peur d’être rejeté… Tout m’a paru si clair une fois que j’ai lu le résultat, mon comportement envers lui reflète parfaitement le type 2 et c’est affreux. Affreux d’être dépéndant à ce point, d’avoir peur d’être mal vu, mal aimé, abandonné, peur de ne pas être néécssaire aux autres, peur que les autres ne soient pas dans le besoin de ma personne. C’est triste, vraiment. Et mon couple en à souffert. Je m’étais persuadée que c’était l’autre qui était majoritairement en tort, qu’il ne m’écoutait pas, qu’on ne se correspondait pas, mais en réalité je pense que c’est aussi en grande partie de ma faute.